“Alors, Deux Heures Quatre, t’as abandonné ou bien ?”

Non, toujours pas, et bien loin de là. Même s’il faut l’admettre : je ne m’en suis pas vraiment occupé ces derniers mois. À peine lancé, aussitôt délaissé. C’est moche. Et des excuses, je pourrais vous en livrer à la pelle : nouvelles opportunités professionnelles, nouvelles envies, vacances, aussi… mais surtout, une envie de revoir la formule de Deux Heures Quatre.

Je l’ai présenté comme un magazine en ligne auprès de certaines personnes, un webzine, comme diraient certains – quel mot atroce, bon sang ! Mais l’esprit n’était pas là. Traiter l’info comme dans un magazine, je le fais depuis des années pour mes clients. Alors à quoi bon refaire la même chose sur ce projet personnel ?

Personnel : la voilà, mon envie du moment pour Deux Heures Quatre. De parler de mode masculine et d’art de vivre – on ne change pas les bonnes habitudes –  mais d’être plus personnel, d’assumer le “je” tant esquivé dans mon travail de rédacteur. Chris Sengthong, enchanté, revenez donc par ici, on va avoir des choses à se raconter, j’en suis persuadé.